Découverte du Trinational de la Sangha

Dzanga-Sangha
Sangha trinational

Créé en 1990, le Trinational de la Sangha (TNS) est une réserve spéciale de forêt dense à vocation multiple. Il comprend trois parcs nationaux couvrant une superficie totale de 746 309 hectares : le parc National de Lobéké au Cameroun, le parc National de Nouabalé-Ndoki en République du Congo et le parc National Dzanga-Ndoki en République centrafricaine. La réserve spéciale est divisée en cinq zones avec chacune une vocation spécifique: safari-chasse; chasse communautaire; exploitation forestière, développement rural et zone d’élevage du gibier. Il tient son nom de la rivière Sangha, un affluent du fleuve Congo qui traverse, irrigue et offre au parc National une grande richesse d’écosystèmes aquatiques.

Le parc est géré conjointement par le gouvernement centrafricain et le World Wildlife Fund (WWF). Ils se sont fixés comme objectif la préservation des espèces animalières de forêt; la conservation des écosystèmes représentatifs de la région et la satisfaction des besoins des populations locales selon les principes de conservation. Une part importante du financement et un appui technique sont apportés par des partenaires internationaux.

Le parc National est inscrit depuis 2012 comme Patrimoine Mondial de l’Unesco et il protège la portion la plus riche de l’écosystème de la forêt tropicale humide du bassin du Congo. Il comprend également trois sites classés par la convention de Ramsar : la partie Camerounaise du fleuve Sangha (6 200 ha) classée en 2008, la rivière Sangha située en République Centrafricaine (275 000 ha) et Sangha-Nouabalé-Ndoki au Congo (1 525 000 ha) tous deux classés en 2009.

Diversité des écosystèmes

Dzanga-Sangha

Le Trinational est constitué d’une mosaïque d’écosystèmes, comprenant des rivières , des cours d’eau, des marécages, des clairières herbeuses, des marais, d’une flore et d’une faune diversifiées et importantes. La clairière de Dzanga Bai accueille environ 103 espèces de mammifères dont 16 espèces de singes, 13 espèces de carnivores, le groupe le plus représenté est celui des rongeurs avec 33 espèces. Parmi les espèces emblématiques, on trouve l’une des plus grandes populations intactes d’éléphants de forêt, les Gorilles des plaines, les Chimpanzés, les Colobes localement appelés « Magistrats », les Bongos, de grandes familles d’antilopes, les Buffles de forêt, les 

Potamochères, les Hylochères qui sont les sangliers géants des forêts africaines, plusieurs espèces de Céphalophes qui sont les petites antilopes, l’Oryctérope du Cap, deux espèces de Pangolins, les Loutres à joues blanches, les Panthères et bien d’autres espèces. Les clairières ou « Baï » permettent d’observer facilement la faune merveilleuse.

Écosystème aquatique

Dzanga-Sangha
Le Trinational est traversé par un réseau hydrographique dense dont l’axe central est la rivière Sangha un affluent du Congo. Il représente le deuxième bassin versant du monde de par sa taille et la richesse de sa biodiversité. L’écosystème aquatique abrite des crocodiles du Nil, de faux gavial d’Afrique et des crocodiles nains. Le Trinational est doté d’une diversité importante de poissons, environ 300 espèces ont été identifiées. On peut y observer des poissons de la famille des Alestiidae, en particulier les poissons tigre-goliath, des poissons-chats électriques, les Aplocheilidae, les Cichlidae dont le genre Tilapia qui est consommé dans le monde, les 

Claroteidae notamment le genre Auchenoglanis, les Cyprinidae qui sont des carpes des genres Labeo ou Barbus, les Mochokidae du genre Synodontis, les Schilbeidae etc. On peut également observer des hippopotames sur les berges de la rivière.

Le milieu forestier

Bongo en foret

Le milieu forestier est constitué d’environ 440 espèces arborescentes et arbustives du côté de Cameroun, 208 espèces d’arbres réparties en 48 familles du côté de la République Centrafricaine. Environ 1000 espèces de plantes et d’arbres ont été recensés dans la partie congolaise du Trinational. Le parc abrite les Euphorbiaceae, Meliaceae, Cesaplinaceae, les Annonaceae, les Ebenaceae les Rubiacea, Fabaceae et bien d’autres espèces.

Une belle excursion en pirogue

Sangha trinational

Excursion en pirogue sur la rivière Mossapoula, un affluent de la Sangha avec un confluent situé à quelques dizaines de mètres en amont de l’hôtel. Embarqué dans une frêle pirogue taillée dans un seul tronc d’arbre, le visiteur doit s’habituer à l’instabilité de l’embarcation. Une visite de Mossapoula est une expérience inoubliable pour plusieurs visiteurs, car elle offre une perspective intéressante de la forêt africaine. La visite de Mossapoula se déroule en plusieurs étapes, tout d’abord la traversée de la forêt marécageuse, ensuite la pénétration d’un marécage ouvert en direction des canaux de raphia. Les visiteurs intéressés auront l’opportunité de participer à la 

récolte du vin de raphia et de la déguster, il est vraiment excellent. Pour mieux profiter de la journée et de la beauté des paysages, cette belle excursion commence soit tôt le matin, soit dans l’après-midi à partir de 15 heures.

Randonnée vers une cascade

Sangha trinational

Cette randonnée débute avec une navigation sur le fleuve Sangha. Large de 500 m, vous observerez les merveilleux paysages de la végétation formée par la forêt. Un sentier sans pareil traversant une forêt tropicale spectaculaire. La randonnée vous emmènera ensuite vers une merveilleuse cascade où vous pourrez prendre une douche inoubliable. Il est possible de monter au sommet de la cascade et d’admirer la canopée. Avec un peu de chance, vous observerez un oiseau rare, le Picatharte à cou gris.

La recherche à Dzanga-Sangha

Recherche
De par la richesse et la diversité de sa faune et de sa flore, les scientifiques accourent des 4 coins du monde à Dzanga-Sangha dans le but d’étudier les animaux dans leur habitat naturel. Les recherches sont très souvent basées sur l’étude du comportement des éléphants de forêt et des gorilles dans leur habitat naturel intact, sur l’étude de la dynamique des populations de différentes espèces, sur l’étude de l’écologie de la forêt tropicale et sur bien d’autres études. Les résultats de ces études impressionnantes sont très souvent intégrés dans les prises de décisions relatives à la gestion du parc. Il est très important de comprendre comment la gestion du parc affecte les
communautés environnantes et comment les intégrer dans les prises de décisions pour une meilleure protection non seulement des animaux mais de l’écosystème. Un autre domaine de recherche important à Dzanga-Sangha est celui des maladies et de leur mode de transmission. Il est important de comprendre l’impact des maladies infectieuses sur les animaux du parc, de savoir comment réduire le risque de transmission de maladies des êtres humains aux animaux. Cette compréhension permet d’élaborer des stratégies permettant une meilleure protection des animaux du parc contre certaines maladies infectieuses.